mercredi 10 décembre 2014

LA MINI PELLE: Une histoire japonaise

c’est au Japon, au tout début des années 60 qu’a vu le jour  la première mini-pelle. Deux noms se distinguent : Yanmar et Takeuchi. Le premier en 1961, le second en 1963. Quelques années plus tard, en 1968, faisant suite à un accord avec Akio Takeuchi, le français Jean Obry introduit  le concept de la mini-pelle en Europe qui aura pour nom  Pel-Job et  qui sera exposée lors de la Foire Expomat au Bourget près de Paris. Les premiers modèles auront comme références la lettre « T », t comme Takeuchi.  À cette époque les visiteurs regardaient la mini- pelle avec amusement. N’entendait-on pas parler parfois de « jouet » ? Au cours des années 70 , la Société Verbist introduit la première mini-pelle en Belgique en l’occurrence une Pel-Job. La mini- pelle ne s’est toutefois imposée sur nos chantiers qu’au début des années 80. En 1986, le constructeur américain Bobcat se lance dans l’aventure en important aux USA des Komatsu qui seront vendues avec le nom Bobcat. Deux ans plus tard, il produit ses propres mini-pelles dans son usine de Bismarck, dans le Dakota du Nord, qui fermera ses portes en 2009.Tout au long de ces années pratiquement tous les constructeurs de pelles hydrauliques au delà de 10 tonnes, à l’exception de Liebherr, proposeront dans leur offre une gamme de mini et midi-pelles sur chenilles et sur pneus allant de +- 1t à 9t. Fin des  années 90 on voit apparaître des machines aux formes arrondies.Cette nouvelle tendance se généralise chez un grand nombre de constructeurs, c’est le cas du  constructeur Ammann-Yanmar  avec sa VIO 70 « made in Japan ».  En 1999, Komatsu proposera son modèle  MRX (un proto) digne héritier de la gamme Tiga et qui est à même de travailler dans sa propre largeur. Cette gamme sera commercialisée en Europe par Pel-Job. C’est le tout début des machines qu’on appellera « à rayon court arrière ». En 1997, le marché de la mini- pelle s’établissait à 689 machines, en 2011 il était de 1079 unités. !. 


PORTRAIT



L’innovation principale est d’avoir créé une machine qui est à la base, - càd  à sa conception- une mini -pelle et non la petite sœur en modèle réduit d’une pelle de 13 ou 20 tonnes. En fait, construire une mini-pelle n’est pas de tout facile à réaliser. Il faut d’abord qu’elle soit à la fois compacte tout en étant performante, robuste sans être trop lourde, rapide tout en restant douce, souple, puissante et fiable. Parmi les innovations techniques qui se sont succédé, on citera le développement de chenilles à patins en caoutchouc et par la suite entièrement en caoutchouc, mais également  les techniques Load Sensing et de servo commande en application sur les plus grandes pelles. En plus,  elle est équipée d’une flèche à déport, d’une lame de remblayage et d’une prise d’outil hydraulique. Depuis le début, la mini-pelle a  été conçue comme porte-outils avec le circuit brise -roche en standard.  Le petit modèle se verra doté d’un châssis à voie variable pour augmenter sa stabilité. Au fil du temps, la mini -pelle est  devenue un outil indispensable et performant qui fait partie de notre environnement quotidien. Il est vrai qu’elle dispose de pas mal d’atouts à savoir :

Sa compacité 



La mini -pelle n’encombre que très peu l’environnement urbain ou résidentiel  La pose de câbles, l’ouverture de tranchées et  autres petits travaux comme le chargement de camions  et de remblayage de tranchées s’exécutent sans gêner la circulation. Son déport du balancier l’autorise aussi à travailler le long d’un mur. 

Sa polyvalence



Grâce à une ligne auxiliaire hydraulique, elle peut recevoir des accessoires comme des brise-roche, grappins, tarières, cisailles qui sont souvent proposés en complément de différents types de godets  adaptés à la dureté du travail et à la densité des matériaux. De plus, de part son poids et ses dimensions  elle se transporte facilement, d’un chantier à l’autre, sur une remorque ou  carrément dans la benne  d’un camion. Certains constructeurs proposent diverses options telles que balanciers  télescopiques ou longs et chenilles pour diverses pressions au sol. C’est l’engin idéal que l’on trouve dans les parcs de sociétés de location.

Son confort



Pour l’opérateur, plus de sécurité et de confort de conduite  qui se traduit par une cabine mieux conçue et un  faible niveau sonore. En outre, une électronique embarquée permet le contrôle des fonctions qui offre une aide à la conduite. Certaines fonctions habituelles peuvent être préprogrammées comme la mise en mémoire de la profondeur d’excavation.

 Liste marques et distributeurs de 1970 à 2000


Airman (Claeys), Atlas (Atlas Kranen),  Bobcat Melroe Bobcat), BokiBenati ( Bugodaert, Bia), Case (Case Belgium, BestmatCaterpillar (Treco), Chieftain (Blackwood Hodge), CME (Lambrecht) , Daewoo(Interparts), Eurotom (Skid Steer Europe), Etec (Fons Thomas), FAI ( Interparts, YvesGodart)Fermec (Matermaco), Fiat-Hitachi (Luyckx),  Gehlmax(GKB), Halla(AKB Service), Hitachi ( Skid Steer Center, Raepers), Hanix (Treco,  Mantrec ,Manitou Benelux), Hinowa(KME,  Bouwmat), IHI (Bomas Benelux), JCB (JCB Belgium)Kubota (Luyckx), Komatsu (Sertra, Doornbos), Kobelco(Oswald De Bruycker), Kato ( Bomas Benelux), Libra (BiaBeel), MF ( Matermaco), Mitsubishi ( Klöckner Bamaco, Decauville), Macmoter (Raepers), Nissan (Treco), Neuson (WestelElweboMatermaco ,LocamachinesO&K (O&K nv/sa), Pel-Job (Verbist,SGME, Belmaco ), Renders (Renders), Sacmi ( Van Der Haeghe, JD Manutention, Magil),Schaeff (Oswald DeBruycker), Smalley (Decauville), Takeuch(Verbist), Topi (Belmaco),Volvo (Belmaco,VCM ),Yanmar (Wijnmalen & Hausmann, Zwaans, Delmote, Blackwood Hodge), Ygry ( Six Equipement).
                                                         mini pelle JCB 
WWW.ATOUTLOC.FRmini pelle JCB WWW.ATOUTLOC.FR